Stop à la mauvaise haleine !

L’halitose peut avoir diverses origines mais dans 70 % des cas, l’explication se trouve dans notre bouche. Il est possible de masquer l’odeur grâce à des petites astuces mais la meilleure façon de s’en débarrasser définitivement reste de traiter la cause.
Sandrine Catalan-Massé


D’où ça vient ?

La mauvaise haleine peut être provoquée par une mauvaise hygiène bucco-dentaire si vous ne vous lavez pas correctement et suffisamment les dents par exemple. « La plaque dentaire en profite pour se former sur la dent puis se transforme en tartre qui enflamme les gencives et provoque la mauvaise haleine, explique le docteur Sandy Cohen, chirurgien-dentiste. C’est avant tout les gingivites (inflammation des gencives) et les maladies parodontales (inflammation de l’os et du ligament entourant la racine) qui favorisent le plus l’halitose ».
Les caries, les abcès, les reconstitutions dentaires (couronnes, plombages, amalgames) inadaptées ou défectueuses, peuvent aussi dégager des mauvaises odeurs en emprisonnant les débris alimentaires à l’origine des bactéries. Beaucoup de bactéries malodorantes se trouvent aussi sur la langue.
Parfois une mycose (provoquée par exemple par la prise d’antibiotiques) peut apparaitre à cet endroit, renforçant alors le phénomène de mauvaise haleine.
La sécheresse de la bouche provoquée par la prise de médicaments (antidépresseur, antihypertenseur, antihistaminique, diurétique…) ou le stress est aussi connue pour son effet mauvaise haleine.

Cependant, l’état buccodentaire n’est pas le seul responsable des mauvaises odeurs. Elles peuvent avoir une tout autre origine comme un reflux gastro-œsophagien, un ulcère, une maladie du foie ou des reins, certains cancers (buccal, œsophage, poumon) une amygdalite caséeuse (amygdale contenant un liquide composé d’aliments), une colopathie avec excès de fermentation, une infection pulmonaire, une insuffisance rénale, certaines maladies hématologiques. « Le diabète, surtout s’il n’est pas équilibré, augmente le risque et la gravité d’infections dentaires, de caries, de gingivites, de parodontites et donc de mauvaise haleine », tient à souligner notre expert.
 
Certaines habitudes anodines comme respirer par la bouche, ne pas mâcher suffisamment les aliments (la mastication favorise la production de salive, qui est très protectrice des dents), le jeûne, la prise de certains aliments (oignon, ail, épices, alcool, protéines), la consommation de tabac (qui assèche la bouche) génèrent également une halitose.

 

Adoptez un brossage efficace

En commençant par brosser correctement vos dents matin, midi et soir au moins 3 minutes. Le brossage doit être comme un petit rituel au cours duquel vous brossez l’ensemble de vos dents toujours dans le même ordre pour ne pas oublier un seul endroit. Réalisez avec votre brosse un mouvement de haut en bas et de bas en haut en passant sur la gencive et pas uniquement sur la dent. « Le brossage commence par la face externe de la dernière dent d'un côté et se termine sur la face interne de la même dent du même côté », conseille notre expert.  Choisissez une brosse souple pour un brossage en douceur, le brossage va permettre une réduction de 25% de la quantité de composé sulfuré volatile, gaz provoquant l’halitose. « Si vous avez un problème de préhension dû à une arthrose du poignet, utilisez la brosse à dent électrique qui offre un brossage supérieur au brossage manuel et cela sans effort », conseille le docteur Sandy Cohen.
Pour chasser les odeurs, complétez le brossage par le passage d’un fil dentaire ou de brossettes dans l’intervalle séparant chaque dent afin d’éliminer les résidus alimentaires. « Les bains de bouche qui éliminent les mauvaises bactéries sont recommandés mais je préconise une utilisation ponctuelle et non journalière afin de ne pas éliminer au passage les bonnes bactéries contenues dans notre bouche », recommande l’expert.

 

Nettoyez au quotidien votre appareil dentaire

Le nettoyage doit être très simple mais journalier en utilisant du bicarbonate. Saupoudrez un peu de bicarbonate directement sur votre brosse à dent ou sur le dentifrice puis brossez votre appareil dentaire. Ensuite laissez-le tremper une demi-heure dans un verre d’eau chaude additionnée à une cuillère à café de bicarbonate.  

 

Brossez votre langue !

Pour éliminer les bactéries malodorantes qui s’y trouvent. Et cela tous les jours en fin de brossage avec votre brosse à dents prévue à cet effet ou bien à l’aide d’un grattoir. « Il n’y a aucun risque d’altérer votre langue, au contraire cela fait beaucoup de bien ! », encourage la spécialiste.

 

Testez les solutions naturelles

Elles ne guériront pas la mauvaise haleine mais apporteront une vague de fraicheur durant quelques heures. Ainsi boire un jus de citron chaud tous les matins permettrait de purifier son foie parfois engorgé et à l’origine de la mauvaise haleine.
Certaines huiles essentielles sont, quant à elles, appréciées pour leurs propriétés assainissantes de la bouche et de l’haleine. Lors du brossage, déposez 1 goutte d’huile essentielle de menthe poivrée, de citron ou de lavande sur votre brosse à dents en plus du dentifrice. Certaines personnes peuvent être allergiques aux huiles essentielles. Demandez conseils à votre médecin avant toute utilisation.  
Riche en Chlorophylle, le persil capte les composés sulfurés responsables de la mauvaise haleine. Il suffit d’en mâcher quelques feuilles en fin de repas.
Les graines de fenouil, cardamome ou d’aneth possèdent les mêmes propriétés. A croquer à volonté !
Côté homéopathie laissez fondre sous la langue 5 granules en 5 CH de Nux vomica avant le repas ou Mercurius solubilis 2 fois par jour ou Pusatilla en 5 CH, 3 granules avant les repas (si odeur matinale).


On prend rendez-vous si ça persiste

Votre dentiste doit pouvoir vérifier l’état de vos dents et de votre bouche et réaliser les soins nécessaires en cas de caries, abcès, appareils défectueux, maladies parodontales détectées. « On peut être amené à refaire les plombages ou vieux amalgames qui ne seraient plus étanches ", explique Sandy Cohen.
Parfois on prescrit un traitement antimycosique si l’on a repéré une mycose buccale.
Enfin, après avoir exploré toutes ces pistes, si le problème persiste, votre médecin généraliste pourra vérifier si la réelle cause n’est pas d’origine ORL ou gastrique et vous aiguillera vers le bon spécialiste.


Encadré : En prévention, on salive !

La salive protège naturellement les muqueuses et les gencives contre les champignons et la formation de caries, elle élimine aussi les débris alimentaires restés coincés entre les dents. Il est donc essentiel de favoriser la mastication qui va à son tour stimuler la production de salive. Vous pouvez boire régulièrement de l’eau ou bien mâcher un chewing-gum sans sucre.